Nos projets

Institut Saint Hadelin, Visé - 2020

Projet éducatif

Justice, liberté, ouverture

Nous voulons une école qui permette aux enfants de découvrir JÉSUS-CHRIST.  Notre école est une école qui se veut être un lieu de vie centré sur l’enfant 

Nous voulons une école qui permette aux enfants de découvrir JÉSUS-CHRIST.

Notre projet est :
  • de prendre Jésus-Christ comme modèle unique et de le proposer aux enfants;
  • de donner la primauté à la charité (au service de Dieu et des hommes);
  • de donner un sens à l’intelligence, aux techniques, à l’art, à l’autorité;
  • d’être une source de paix et de sérénité;
  • d’apprendre aux enfants à prier avec leur cœur, leur esprit, tout leur corps;
  • d’amener les enfants à l’admiration et à la contemplation qui les conduisent à un Dieu créateur et Père;
  • de former une communauté ouverte et respectueuse de tous;
  • de rendre les enfants heureux en vivant l’Évangile (les Béatitudes).

Nous voulons une école qui contribue à plus de JUSTICE.

Notre projet est :
  • de donner à tous un enseignement de valeur;
  • de permettre à chacun de découvrir et de développer ses propres talents;
  • d’aider chacun à reconnaitre la valeur propre de l’autre (accepter le droit à la différence);
  • de donner à chacun sa meilleure chance de réussir sa vie.

Nous voulons une école qui prépare à la LIBERTÉ.

Notre projet est :
  • d’éveiller chez les enfants le sens critique face à la publicité, aux mass-médias, aux évènements de l’actualité… ;
  • d’accepter la pluralité des cultures et de permettre aux enfants de l’exprimer;
  • d’appliquer un règlement basé sur le respect des autres;
  • de proposer une pédagogie active où l’enfant devient de plus en plus agent de sa propre formation;
  • de favoriser la créativité;
  • d’essayer de former de futurs adultes réfléchis, autonomes, conscients et responsables ;
  • de proposer à nos enfants une hiérarchie de valeurs au sommet de laquelle se trouve l’Amour, une référence pour toute la vie;
  • d’aider les enfants à se libérer de la société de consommation en leur apprenant à "être plus" plutôt qu’à "avoir plus";
  • d’accepter le droit à l’erreur.

Nous voulons une école OUVERTE sur la vie.

Notre projet est :
  • de valoriser l’enfant dans toute sa personne afin qu’il perçoive la vie présente riche de tout son passé culturel, social, historique, artistique et par-delà qu’il puisse se tourner avec enthousiasme vers l’avenir;
  • de développer l’enfant dans son intégralité en valorisant ses talents, ses dons aussi bien sur le plan social, affectif, intellectuel, artistique, corporel que moral, religieux, civique… ;
  • d’aider l’enfant à avoir confiance en lui.

Nous voulons une ÉDUCATION au sens des autres.

Notre projet est :
  • d’amener les enfants à aimer les autres tels qu’ils sont ;
  • d’encourager les enfants à participer à la vie de l’école, à aimer vivre ensemble, à découvrir le gout de l’effort et du travail bien fait ;
  • d’aider l’enfant à respecter le bien d’autrui et le bien public.

Nous voulons une école qui permette aux enfants de DONNER UN SENS A LEUR VIE.

Notre école est une école qui se veut être un lieu de vie centré sur l’enfant :
  • en lui apprenant à s’aimer ;
  • en lui donnant envie de s’engager à aider les autres dans le désintéressement ;
  • en valorisant l’effort, la persévérance, le travail bien fait ;
  • en donnant le gout de la prière, du silence, de la paix.
  • en suivant le chemin de Jésus. Ainsi, l’enfant pourra grandir, s’épanouir, se motiver dans ce qu’il est, ce qu’il sait, être confiant dans ce qu’il entreprendra et devenir autonome pour affronter les différentes situations de sa vie adulte.
P.S. Le projet éducatif est sujet à être revu, affiné ou précisé.

Projet pédagogique

enseignement fondamental catholique

Le projet pédagogique de l’école adhère au projet pédagogique de l’enseignement fondamental catholique qui s’inscrit dans le cadre légal suivant : 

  • Assurer à tous une égalité d’accès à l’école ;
  • Assurer à tous les mêmes chances de réussite ;
  • Assurer à tous l’acquisition des socles de compétences.
Et poursuivre sans hiérarchie les objectifs suivants :
  1. Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves.
  2. Amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle.
  3. Préparer tous les élèves à être citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures.
  4. Assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale. (Art. 6 du Décret Missions du 24 juillet 1997).
Toute notre action pédagogique a pour clés :

S’enrichir de la diversité des autres et devenir citoyens

L’école fondamentale chrétienne se veut être d’abord un lieu où les enfants et les adultes découvrent leur diversité sociale et culturelle comme une richesse à exploiter pour grandir ensemble. Des temps et des lieux d’accueil sont gérés ensemble de façon à valoriser l’expression de cette diversité. Dans les activités, les échanges sont menés pour mettre en valeur les différentes sensibilités et les repères affectifs, culturels et cognitifs propres à chacun. Le souci de comprendre l’autre et de se faire comprendre traverse toutes les actions et démarches vécues, cela en cohérence avec l'esprit de l’Évangile. Les enfants et les adultes approfondissent la construction de leur dimension sociale. Ils s’engagent dans l’accueil de l’autre et le respect mutuel et vivent le plaisir du dialogue, de la participation et de la prise de responsabilité solidaire. Ils assument les conflits inhérents à la vie de groupe et élaborent ensemble des moyens pour les gérer. En apprenant la réalité de la vie à l’école, ils apprennent aussi leur rôle de citoyen responsable dans la société. Cette construction de soi avec et par les autres, animée de la référence à Jésus-Christ influence l’organisation de tous les apprentissages spécifiques dévolus à l'école.

Construire le savoir

Ainsi, l’école qui respecte chacun favorise un processus d’apprentissage dans lequel l’enfant est acteur, et non spectateur. Il est placé en situation où il doit se mettre en recherche en recourant à ce qu’il sait déjà, à ce qu’il sait faire, mais aussi aux savoirs des autres. Il avance par tâtonnements. L’erreur est permise et devient un levier qui l’aide à s’interroger et à réorienter sa recherche pour progresser.

L’enfant développe son intuition et sa créativité pour construire une ou des solutions.

Dans ce processus, l’enseignant a pour tâche de proposer, au départ, des situations problèmes qui interpellent l’intérêt et la curiosité de l’enfant, et qui le centrent sur les compétences et les connaissances à construire.

L’enseignant veille aussi à organiser l’aspect interactif de ces apprentissages. Il incite chaque enfant à partager, avec les autres, le chemin qu’il a suivi, les problèmes rencontrés et les solutions trouvées. L’enseignant prépare les informations et les supports dont l’enfant pourrait avoir besoin pour dépasser l’obstacle rencontré. Il les propose adéquatement en fonction du cheminement de chacun.

Pratiquer l’évaluation formative

Il s’agit d’une activité d’observation qui permet à l’enfant et à l’enseignant d’être plus conscients de l’apprentissage qui se réalise et de la manière de le mener à bien. On s’intéresse surtout à ce qui se passe quand l’enfant construit ses compétences et ses connaissances et non plus seulement à l’obtention d’un résultat, d’une réponse exacte d’emblée. En observant l’enfant, en fonction des grilles de comportements attendus, l’enseignant se rend compte des procédures utilisées et des obstacles rencontrés. Il peut ainsi lui proposer de nouvelles activités pour progresser vers l’objectif à atteindre. L’enfant peut continuer à grandir, à se former. Il n’est plus purement et simplement sélectionné. C’est en cela que l’évaluation est appelée formative. Ce type d’évaluation se réfère au niveau de développement de compétences visées, mais aussi aux démarches les plus adéquates pour y arriver. Cette évaluation formative rend l’enfant acteur et responsable de son développement dans la mesure où elle s’accompagne d’une auto-évaluation.

Assurer la continuité des apprentissages en cycles

Apprendre nécessite du temps et construire des compétences est un processus lent et complexe exigeant plus d’une année scolaire. C’est pourquoi un "continuum pédagogique de 2,5 ans à 12 ans" est à mettre en place. Il est structuré en quatre périodes d’apprentissage appelées CYCLES. Dans les cycles, les enseignants organisent les activités d’apprentissage de manière à faire progresser chaque enfant à partir de ce qu’il a déjà construit. Vu que les enfants du même âge ou d’âges différents sont à des niveaux de développement différents, ils rejoignent des groupements variés organisés par les enseignants. Ceux-ci le font en étant conscients des possibilités de chacun et des objectifs à poursuivre à court et à plus long terme. Les enseignants gèrent en coresponsabilité les activités sur la durée du cycle. L’ensemble de l’équipe éducative est responsable du développement des compétences et de la construction des connaissances de 2,5 ans à 12 ans. Cette structure en cycles permet à l’enfant de vivre une scolarité sans redoublement. Il faut néanmoins mettre en place des organisations qui permettent aux enfants ayant le plus de difficultés d’atteindre les exigences légales attendues.

Différencier les apprentissages

Tous les enfants sont différents. Chacun a sa façon de rentrer dans l’apprentissage proposé, d’y réagir, de le mener à bien, de le vivre affectivement. Chacun a son rythme, sa culture, son degré d’obstination, ses limites de vigilance. L’organisation de l’apprentissage ne peut se concevoir comme un déroulement standardisé. Il s'agit de proposer aux enfants de nombreuses situations ouvertes avec, chaque fois, des modes d’approches différents : approche écrite, dessinée, orale, manipulée, jouée… On permet ainsi à chaque enfant de trouver les éléments qui sont nécessaires à sa progression. Différencier, c’est aussi être attentif à varier les sollicitations en cours d’apprentissage pour que chacun progresse et aille le plus loin possible à partir d’où il est et de sa manière de faire. Les enseignants ne privilégient plus une production finale dans un même laps de temps imparti pour tous. Ils valorisent les brouillons de chacun et poursuivent, individuellement, leur stimulation en conséquence. Différencier, c’est donc croire qu’ils sont tous capables de progresser. C’est alors avoir la volonté de chercher les outils les plus pertinents pour surmonter les obstacles rencontrés.

Pratiquer un métier collectif

Les enseignants, avec tous les partenaires de l’école, sont solidairement responsables de la mission qui est la leur dans l’école en cycles. La collaboration de tous est requise pour aider l’enfant à développer les mêmes compétences de 2,5 à 12 ans et pour assurer le développement global, à la fois affectif, psychologique, moteur et intellectuel. Ces objectifs nécessitent d’articuler les activités d’apprentissage dans les différentes matières, de vivre des activités-projets et des moments de liberté, de prendre en compte le potentiel de chacun.

Cela ne sera possible que grâce à un travail de concertation et d’ajustement permanent entre tous les enseignants. Les échanges et partages permettront de relier les activités pour que les enfants intègrent véritablement les compétences et connaissances visées.

Cela n’est réalisable que si chaque enseignant s’investit dans les aspects collectifs de son métier sans s’isoler.

Construire une communauté ouverte sur l’extérieur

L’école est un système dans lequel toute personne doit se sentir personnellement responsable de l’éducation de chaque enfant. Pour créer un même mouvement où tout le monde est impliqué et où chacun a son rôle à jouer (enseignants, parents, pouvoir organisateur, direction, partenaires socio-culturels, enfants), il faut se donner du temps et des moyens. C’est à cette condition que va se développer, progressivement, le sentiment d’appartenir à une communauté engagée dans un projet collectif enrichi de la diversité de chacun.

L’école doit prendre en compte et considérer comme une richesse la variété culturelle des enfants qu’elle accompagne. C’est en s’appuyant sur l’histoire de chaque enfant qu’elle pourra l’aider à construire un avenir qui lui est propre.

Toutefois, l’école n’est pas seule. Elle doit tenir compte des réalités politiques, économiques et sociales et permettre à l’enfant de s’impliquer dans cette réalité et d’utiliser les ressources de son environnement.

Projet d'établissement

Mieux vivre ensemble

Notre projet d’établissement s’articule sur les projets éducatif et pédagogique du réseau libre auquel nous appartenons, mettant l’accent sur différentes valeurs.

Pour ce faire, il faut se donner des moyens : la volonté, les outils, les lieux, le temps, la communication.

I) PROJET PÉDAGOGIQUE

Le projet pédagogique de l’école adhère au projet pédagogique de l’enseignement fondamental catholique qui s’inscrit dans le cadre légal suivant :

-
-
-
Assurer à tous une égalité d’accès à l’école ;
Assurer à tous les mêmes chances de réussite ;
Assurer à tous l’acquisition des socles de compétences.


Et poursuivre sans hiérarchie les objectifs suivants :

-
-


-


-
Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves.
Amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle.
Préparer tous les élèves à être citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures.
Assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale. (Art. 6 du Décret Missions du 24 juillet 1997).


Toute notre action pédagogique a pour clés :

-

-
-
-
-
-

S’enrichir de la diversité des autres et devenir citoyens ;
Construire le savoir ;
Pratiquer l’évaluation formative ;
Assurer la continuité des apprentissages en cycles ;
Différencier les apprentissages ;
Pratiquer un métier collectif ;
Construire une communauté ouverte sur l’extérieur.

II) PROJET ÉDUCATIF

Nous avons pour objectifs de :

-
-
-
-

-

-
-
donner à tous un enseignement de valeur ;
permettre à chacun de découvrir et de développer ses talents ;
donner à chacun sa meilleure chance de réussir sa vie ;
d’éveiller chez chacun le sens critique face à la publicité, aux médias, aux évènements de l’actualité, aux réseaux sociaux… ;
proposer une pédagogie active où l’enfant devient de plus en plus acteur de sa propre formation ;  avoir une école ouverte sur la vie ;
donner à chacun le gout de l’effort et du travail bien fait ;
avoir une attention particulière à l’élève en difficulté.

 

Concrètement, dans notre école, notre projet d’établissement mettra en évidence :

MIEUX VIVRE ENSEMBLE AVEC TOUS LES PARTENAIRES

U NE ÉCOLE OÙ IL FAIT BON VIVRE ENSEMBLE… «

Du RESPECT, s’il vous plait ! »



III) NOS OBJECTIFS

  1. Améliorer les outils de communication interne et externe entre tous les partenaires de l’école pour assurer la bonne information.
  2. Améliorer le partenariat avec les parents :
    - Pouvoir compter les uns sur les autre ;
    - Clarifier les rôles de chacun;
    - Instaurer un climat de confiance entre tous les partenaires.
  3. Développer des actions pour inscrire l’école dans la vie locale.
  4. Développer une cohérence dans nos attentes par une unité d’actions entre enseignants, direction, parents, enfants, P.M.S.…
  5. Améliorer des actions visant l’éducation à la citoyenneté et à la diversité :
    - Se respecter soi-même;
    - Respecter les autres;    -> Compétences transversales et relationnelles
    - Respecter son environnement.
    - Se connaitre, avoir confiance en soi.
    - Connaitre l’autre et ses différences.
    - S’impliquer dans la vie de l’école.
  6. Favoriser les moments de convivialité vécus par l’équipe pendant l’année.
  7. Améliorer l’organisation des concertations pour permettre de rencontrer les enseignants du cycle.
  8. « N’oublions pas que les enfants suivent les exemples mieux qu’ils n’écoutent les conseils. » Roy-L Smith.

 

IV) NOS ACTIONS

Nous devons fixer des actions bien précises par rapport aux différents partenaires.

Enseignants - Parents - P.O.


Moments et outils mis en place :

-
-
-
-
-
-
-

-
-
-
-

Le Conseil de participation;
Les trois réunions de parents au "Casino";
La rotonde et le temps d’accueil du matin;
Les panneaux d’affichage;
Notre site internet;
Le journal de classe ;
Le bulletin;
La signature des fiches périodiques;
Une réunion de rentrée avec les collègues des autres écoles du P.O. ;
La page Facebook de notre école.
Les fêtes ou autres rencontres visant le contact entre les enseignants, les parents, le P.O.
Les enseignants et les membres du P.O. sont toujours à l’écoute d’éventuelles difficultés ou remarques via la prise d’un rendez-vous.


Enseignants - Enseignants

Nous veillons à effectuer des concertations « années » et « cycles » ;
Les réunions du personnel ont lieu une fois par mois;
Nous nous retrouvons à la salle des professeurs;
Nous organisons des repas ensemble une fois par mois;
Nous faisons preuve de respect envers les autres et envers nous-mêmes, à commencer par le dialogue, les horaires, les surveillances, les responsabilités de chacun dans l’école;
Une fois par trimestre, nous nous concertons avec chacun des maitres spéciaux;
En début d’année, nous organisons des concertations avec les nouveaux enseignants de nos anciens élèves afin de les informer au mieux quant au suivi scolaire de chaque enfant;
Nous veillons à ce que tous les locaux restent propres et rangés;
Lors du remplacement d’un enseignant, nous encadrons l’intérimaire pour assurer la continuité;
Un dossier confidentiel reprenant les forces, difficultés des enfants ainsi que les aménagements qui ont été mis en place pour l’aider suit l’enfant d’année en année.


Enseignants - Élèves

-
-
-

-


-
-
-

-
-
-

-
-
-


-
Nous accueillons les élèves à la rotonde tous les matins;
Les panneaux d’affichage permettent de faire circuler l’information;
Le Conseil de classe : nous discutons, échangeons, partageons des idées et les techniques utilisées et en recherchons d’autres;
Le Conseil des enfants : nous lui donnons l’importance qu’il mérite en sachant qu’il suit le conseil de classe. Il est à noter que le rapport du Conseil des enfants est lu en classe, signé par les élèves et lu à la radio école;
Nous n’hésitons pas à rappeler le R.O.I. "Les élèves ont des droits, mais aussi des devoirs.";
La "Radio école" est un outil de communication;
Nous veillons à l’éducation à la citoyenneté qui conduit, entre autres, au prix du civisme en 6e année;
Nous veillons à l’hygiène corporelle, à la sécurité de tou ;
Nous aidons les élèves à s’ouvrir sur l’extérieur et à pouvoir vivre en group ;
Nous vivons des classes citoyennes au domaine de Farnières avec les classes de 5e et 6e : devenir des C.R.A.C.S. (Citoyens Responsables Actifs Critiques Solidaires ;
Nous vivons diverses animations avec notre centre P.M.S ;
Nous respectons le travail en cycl ;
Le conseil de participation a acté qu’il propose la mise en place de mécanismes de solidarité dans le seul et unique but d’aider chaque élève à participer aux activités culturelles et sportives en lien avec notre projet d’établissement.
De nombreux moments d’écoute et de dialogues entre les enfants et les enseignants.


Enseignants – Enseignement secondaire


-

-
Réunir les enseignants de 6e année primaire et quelques enseignants du secondaire pour assurer la continuité.
Présenter les trois écoles de notre enseignement secondaire aux élèves de 6e année.


Enseignants - Institut du Sacré-Cœur

Favoriser les contacts entre enfants et enseignants des deux écoles:

-

-
-
-
En invitant les parents des élèves de 2e année lors de la rencontre des deux écoles au mois de mai à Saint-Hadelin;
En instaurant des concertations 2e-3e pour la continuité des apprentissages;
Vivre un projet 2e – 3e;
Le plan de pilotage permettra également de rassembler nos deux écoles.

V) NOS RÉSULTATS

  1. À quoi verrons-nous concrètement qu’il y a amélioration ?

    1. Gestion des conflits


    En cas de conflit ou de mal-être, quel que soit le partenaire, nous utiliserons le schéma suivant que nous baserons sur la confiance et le respect de nos devoirs.

    Gérer ses conflits en 4 étapes:
  1. Se calmer
  2. Se parler
  3. Réfléchir
  4. Trouver

Comme Jésus, sois acteur de Paix !

-> À présenter en début d’année aux élèves et à afficher en classe tout au long de l’année.

2. Les quatre accords Toltèques

Les quatre accords Toltèques sont en quelque sorte un « code de conduite » qui permet d’appréhender le monde sereinement et de façon plus saine. Ce sont des mantras pleins de bon sens, mais surtout d’une très grande puissance.

« Que votre parole soit impeccable. »
« Ne pas en faire une affaire personnelle. »
« Ne faire aucune supposition. »
« Faire toujours de son mieux. »
  1. Texte à travailler en classe + réalisation d’affiches pour la classe :

    « Un jour, quelqu'un vint voir Socrate et lui dit :
    - Écoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s'est conduit.
    - Arrête ! Interrompit l'homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis?
    - Trois tamis ? dit l'autre, empli d'étonnement.
    - Oui, mon bon ami : trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la Vérité. As-tu contrôlé si ce que tu as à me dire est vrai?
    - Non ; je l'ai entendu raconter, et ...
    - Bien, bien. Mais assurément, tu l'as fait passer à travers le deuxième tamis. C'est celui de la Bonté. Ce que tu veux me dire, si ce n'est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ? Hésitant, l'autre répondit : non, ce n'est pas quelque chose de bon, au contraire ...
    - Hum, dit le Sage, essayons de nous servir du troisième tamis, et voyons s'il est utile de me raconter ce que tu as à me dire ...
    - Utile ? Pas précisément.
    - Eh bien, dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n'est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l'oublier ... »

    3. Mais encore…

    -
    -
    -

    -
    Nous poursuivons le travail en cycle.
    Lorsqu’un élève sera malade, pour le bien de tous, les parents le garderont à la maison.
    Lorsqu’un élève sera malade, les parents s’engagent à venir chercher le travail effectué ainsi que les devoirs.
    Nous aurons favorisé les rencontres avec l’Institut du Sacré-Cœur et l’Institut Saint-Hadelin.


© 2020 site créé par www.icone.media